Le dernier Goya, de reporter de guerre à chroniqueur de Bordeaux

C’est en journaliste que Maria Santos-Sainz aborde Goya. Elle nous invite à pénétrer dans l’intimité du peintre, durant les quatre dernières années de sa vie passées à Bordeaux qui accueillait à l’époque beaucoup de réfugiés espagnols « afrancesados » et libéraux, en opposition avec le régime en vigueur. Goya, devient alors chroniqueur, reporter de la ville mais sa vision porte bien au-delà, il n’en oublie pas les désastres de la Guerre, la cruauté extrême.

Ce livre retrace la vie de Goya à Bordeaux pendant ses quatre dernières années (1824-1828). Une période d’une grande intensité et créativité artistique. Francisco de Goya y Lucientes affirme son autonomie et sa liberté, à partir des dessins et de l’expérimentation des nouvelles techniques en lithographie. De peintre de chambre du roi Charles IV, en passant par reporter de guerre, précurseur du photo-journalisme, l’artiste devient chroniqueur de Bordeaux en s’intéressant aux invisibles de la ville. Ce dernier Goya apporte un nouveau regard, peu abordé, d’un penseur et reporter en quête de vérité. Le livre explore son univers le plus intime, sa deuxième famille, le cercle d’amis, les sources de sa création ainsi que sa dimension journalistique, politique et philosophique. Ses dessins et portraits à Bordeaux ouvrent les portes de la modernité et restent d’une grande actualité…

L’auteur
Maria Santos-Sainz est docteur en sciences de l’information et maître de conférences à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA) de l’Université Bordeaux-Montaigne, dont elle a assumé la direction de 2006 à 2012. Elle est auteur de plusieurs livres, parmi lesquels Albert Camus, journaliste (éditions Apogée, 2019), L’Élite journalistique et son pouvoir (Apogée, 2006) et Espagnols à Bordeaux et en Aquitaine (Sud-Ouest, 2006). Auparavant, elle a été journaliste dans de nombreux médias français et espagnols.