Apprentissage aux multiples visages

En portraits géants sur la façade du site Renaudel et à travers une exposition du 3 au 13 mars dans le hall central de l’université, apprentis, tuteurs pédagogiques et maîtres d’apprentissage s’affichent et confrontent leurs expériences.

« Le regard porté sur mon travail est toujours bienveillant. Exigeant, mais bienveillant. » Amy Mac Arthur, 25 ans, apprentie journaliste à France Télévisions dans le cadre de sa deuxième année de Master à l’IJBA, fait partie des neuf apprenti(e) s du CFA de l’Université Bordeaux Montaigne qui ont accepté de confronter leur expérience à celles de leur maître d’apprentissage et de leur tuteur pédagogique.
Maîtres d’apprentissage et tuteurs pédagogiques assurent un encadrement individualisé des apprentis au sein de l’entreprise et à l’université. C’est dans ces deux lieux que s’élabore et se construit la formation en alternance des apprentis.
« Il faut faire preuve de maturité et apprendre à travailler rapidement, confie Yann Bianchin, l’un des apprentis du Master Design recruté par le groupe JCDecaux. En Recherche et Développement, les choses vont vite ! C’est un secteur, par définition, en mouvement constant. Je dois distinguer ce qui est faisable de ce qui ne l’est pas et être force de proposition. »
Donald Wilfried Bibalou Bibalou apprécie, lui aussi, les responsabilités qui lui sont confiées. « Etre responsable, c’est un enjeu majeur dans le domaine du transit aérien », explique cet apprenti sous contrat chez Bolloré Logistics qui poursuit à l’Université Bordeaux Montaigne son Master en Commerce International et Pays Emergents.
« L‘apprenti participe, comme n’importe quel salarié, aux formations obligatoires payées par l’entreprise, confirme Nathanaël Rey, le maître d’apprentissage de Donald, lui-même agent de transit aérien. Cela peut aller de la gestion des matières toxiques à la sécurité des marchandises ! »
L’investissement des maîtres d’apprentissage et des tuteurs pédagogiques s’appuie sur une même volonté de transmettre. Yohan Delmeire, coordinateur de la Salle des fêtes du Grand Parc pour la Mairie de Bordeaux, envisage son rôle de maître d’apprentissage comme « un travail sur le long terme : on cherche à prendre en compte les points forts et les points faibles de l’apprenti, à valoriser les uns, à travailler sur les autres. On se doit de prendre le temps… »
L’apprentie du Master Ingénierie de Projets Culturels et Interculturels qu’il encadre, Léa Barthe, le reconnaît volontiers : « un véritable échange professionnel se crée. On apprend à endosser des responsabilités, à être autonome, à prendre des initiatives. L’alternance me permet d’approfondir mon travail en suivant un dossier de A à Z… »

Conçue et réalisée par Frédérique Augry, graphiste de l’Agence Rebus et enseignante professionnelle associée à l’IJBA, l’exposition « Visages de l’apprentissage » a bénéficié du soutien de la Région Nouvelle Aquitaine. Les photographies et le recueil des témoignages sont l’œuvre de Vincent Chevais, photo-reporter indépendant, ancien diplômé de l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine. Présentée du 3 au 13 mars dans le hall central de l’Université Bordeaux Montaigne à Pessac, elle sera visible à la rentrée 2018 dans le patio du site Renaudel, place Sainte-Croix à Bordeaux.